Politique

Axes de la législature 2017 – 2021

Je souhaite m’engager pour un Valais solidaire, un Valais juste, un Valais social et sans privilège.

Ma vision pour les quatre prochaines années :

Pour la santé des personnes

Je souhaite garantir à la population de notre canton des services hospitaliers et médicaux performants. 

La réforme de l’organisation hospitalière est décidée. Il s’agit désormais d’adapter les infrastructures en les modernisant afin de mettre à disposition de la population valaisanne et du personnel soignant un outil performant sur l’ensemble du canton. 

Après avoir stabilisé la situation de l’Hôpital du Valais (HVS), je souhaite repositionner l’HVS sur la carte suisse des établissements de référence.

Les Valaisannes et Valaisans doivent pouvoir avoir confiance en leur hôpital.
Il me tient à cœur de concrétiser l’hôpital de demain grâce aux conditions cadres mises en place (stratégie d’investissement de 400 millions de francs qui offre des infrastructures modernes à la population valaisanne et au personnel soignant), notamment :

  • un hôpital de soins aigus dans le Haut-Valais à Brigue ;
  • une concentration des disciplines opératoires sur Sion pour le Valais romand ;
  • une spécialisation des autres sites dans les soins de réadaptation et dans la médecine interne de la personne âgée.

Le Canton du Valais participe à la construction/exploitation du nouvel hôpital Riviera-Chablais à Rennaz. Le site de Monthey deviendra un établissement de réadaptation.

De manière plus générale, je souhaite :

  • renforcer le soutien à la création de centres de santé dans les vallées latérales par un rôle de conseiller et de facilitateur en collaboration avec les communes ;
  • soutenir des synergies entre les médecins installés et l’HVS par des collaborations public/privé lorsque cela est possible et nécessaire ;
  • mener à bien le dossier électronique du patient en collaboration avec les autres cantons romands ;
  • élaborer une stratégie cantonale des soins palliatifs.

Toutes ces mesures visent également à limiter les hospitalisations hors canton.

Pour les aînés

 Je souhaite offrir à nos personnes âgées de bonnes conditions pour leurs vieux jours.

 L’augmentation du nombre de personnes âgées nous incite à adapter régulièrement l’offre de prestations aux besoins des personnes âgées et de leurs familles.
Je souhaite que nous puissions toujours être fiers de la manière dont nous nous occupons de nos parents et grands-parents.

 J’ai récemment fait adopter par le Conseil d’Etat la stratégie des soins de longue durée 2016-2020.

Dans le futur, je souhaite continuer en visant à :

  • augmenter les prestations de soins et d’aide à domicile ;
  • construire de nouvelles places en EMS selon les besoins là où des listes d’attente sont encore existantes ;
  • augmenter le nombre de lits de courts séjours ainsi que les places dans les centres de jour ;
  • valoriser et soutenir le travail accompli par les proches aidants et renforcer leur collaboration avec les CMS.

Pour les bénéficiaires de subventions d’assurance-maladie

Les primes d’assurance-maladie pèsent de plus en plus dans le budget des ménages de notre canton.

Dans le but de pérenniser les montants mis à disposition du subventionnement des primes d’assurance-maladie en faveur des personnes économiquement modestes, je souhaite ancrer dans la Loi cantonale sur l’assurance-maladie, un mécanisme liant la participation minimale cantonale à celle de la Confédération.

Je suis favorable à la mise en place d’une caisse-maladie cantonale (par ex. selon le modèle de la Fédération romande des consommateurs du type “caisse cantonale de compensation”). Ce projet devrait maintenirl’ensemble des places de travail actuelles actives en Valais.

Pour la prévention

Je souhaite poursuivre dans notre canton une politique de prévention axée sur les thématiques où le Valais présente des valeurs supérieures à la moyenne nationale. Je pense notamment à :

  • la consommation abusive d’alcool ; le tabagisme ; l’hypertension artérielle ; le surpoids.

Je veux également

  • réaliser une politique de la personne âgée (collaborations intergénérationnelles, mieux valoriser les compétences des jeunes séniors).
  • intensifier la prévention chez les 60 ans et plus (soutien activité physique et diverses offres de conseils) ;
  • généraliser des visites préventives à domicile, notamment pour les personnes atteintes de démence (Alzheimer).

Pour les plus démunis

Afin d’éviter une société à deux vitesses, je veux tout entreprendre pour maintenir, voire renforcer les aides aux plus démunis, mais également continuer à me battre pour garantir des salaires décents dans tous les secteurs d’activité.

Durant la législature passée, mon département a mis sur pied divers programmes pour favoriser la réinsertion, par exemple dans le secteur de l’hôtellerie et de la restauration.

Je désire intensifier ces programmes notamment au niveau de la formation du personnel pour l’aide à domicile. L’objectif est de maintenir le Valais parmi les cantons ayant le taux d’aide sociale le plus bas de Suisse.

Un enfant élevé dans une famille confrontée à la pauvreté aura beaucoup plus de risques de vivre lui aussi dans la précarité une fois adulte. Partant de ce principe, je souhaite renforcer davantage les collaborations entre le domaine du social et celui de la formation des jeunes et jeunes adultes. Il est donc nécessaire d’intensifier le suivi personnalisé des jeunes sans avenir professionnel à la fin de scolarité obligatoire.

Je veux poursuivre l’encouragement à la création d’entreprises sociales et pérenniser leur existence (actuellement : La Thune, Job transit, Valtex, La petite entreprise, Nestor).

Toutes ces mesures ont pour objectif de maintenir ou réintégrer les personnes sur le marché du travail.

Il n’est malheureusement pas possible de réintégrer tout le monde, c’est pourquoi, je souhaite proposer des programmes d’activité aux personnes dont on sait qu’il sera très difficile de les réinsérer professionnellement. Ainsi, on évitera l’exclusion et l’isolement de ces personnes.

Pour les personnes en situation de handicap

Je souhaite élargir à toutes et tous la prise en compte des droits des personnes en situation de handicap.

La Constitution fédérale mentionne que « la force de la communauté se mesure au bien-être du plus faible de ses membres ». Ce préambule prend tout son sens en matière de prise en charge des personnes en situation de handicap.

Je travaille actuellement à la rédaction de la planification 2017 – 2020. Cette feuille de route mettra l’accent sur la prise en charge du handicap psychique et des personnes cérébro-lésées. De nouvelles places devront être créées dans ces secteurs.

A moyen terme, mon objectif est également de créer des places de courts séjours en institution et d’augmenter le soutien à domicile pour les personnes en situation de handicap et pour leur famille.

Je souhaite également inciter les entreprises et les pouvoirs publics à engager des personnes en situation de handicap par le biais d’aides financières à l’adaptation des infrastructures et de l’environnement de travail.

Il faut également valoriser les efforts effectués par les entreprises socialement responsables.

Les moyens liés à l’accessibilité des bâtiments pour les personnes en situation de handicap doivent être revus à la hausse.

Pour les migrant-e-s / intégration

Je souhaite mettre l’accent sur l’intégration professionnelle et sociale des personnes destinées à rester durablement en Suisse.

 La majorité des requérants d’asile, déposant actuellement une demande d’asile en Suisse, sont destinés à y rester durablement. Pour faire face à cette réalité, il faut s’occuper de ces populations afin de réussir leur intégration professionnelle et sociale.

Notre principal défi sera d’assurer une formation à tous les mineurs et jeunes adultes issus de la migration afin de leur offrir un avenir professionnel et de leur permettre d’accéder à l’indépendance financière.

 Compte tenu de l’augmentation du nombre de personnes admises provisoirement, je souhaite ouvrir l’accès aux requérants d’asile à toutes les branches d’activités de l’économie.

 Je souhaite également renforcer les programmes d’occupation pour requérants d’asile, notamment en faveur des collectivités locales dans les trois régions du Valais.

Je désire également poursuivre la diffusion de l’émission « Cosmopolis » en faveur de l’intégration sociale.

Pour les travailleur-euse-s

Je souhaite diminuer le travail au noir, le dumping salarial et social qui péjorent notre économie. L’utilisation de la main-d’œuvre à des conditions de travail à des salaires indécents constitue une distorsion de la concurrence. L’activité non déclarée en Valais est estimée à environ 1.2 milliard de francs par année (source : université de Linz).

 Nous devons renforcer les contrôles sur le terrain par l’engagement de nouveaux inspecteurs-trices.

Je souhaite également durcir les mesures dans le domaine des marchés publics :

  • en intensifiant les contrôles des collectivités publiques afin de vérifier si les entreprises mandatées respectent les conditions salariales et sociales en vigueur dans le canton ;
  • en introduisant dans la législation cantonale la possibilité d’ordonner la suspension des travaux lorsque des conditions irrégulières de travail sont constatées ;
  • en luttant contre la sous-traitance en cascade à plus d’un niveau ;
  • en transformant les listes permanentes en un registre professionnel cantonal ainsi que par la création de cartes professionnelles (badges) facilitant les contrôles sur les chantiers.
  • en favorisant les entreprises valaisannes.

Le Valais compte parmi les cantons qui disposent du plus grand nombre de conventions collectives et de contrats-types de travail. Mon souhait le plus cher serait d’arriver enfin à la conclusion d’une convention collective de travail dans le domaine de la vente.

Les rencontres “santé au travail” ouvertes à tous et liées à la prévention doivent être pérennisées.

Politique culturelle

Le développement individuel et collectif passe par un accès facilité de chacun à la culture, notamment à travers les institutions culturelles, les archives, les médiathèques et les musées, ainsi que par les bibliothèques communales et scolaires.

 Je vise le développement de la politique culturelle comme élément de cohésion sociale. Les lieux destinés à la création culturelle sont propices à l’intégration. Ils permettent aux nouveaux résidents et aux personnes qui visitent notre canton de mieux comprendre nos racines, notre sensibilité et nos us et coutumes.

Je souhaite tisser des liens entre culture et économie. L’offre culturelle est un critère important dans le choix du lieu de résidence des personnes et d’installation des nouvelles entreprises. Le Valais doit renforcer son image dans ce domaine, notamment en capitalisant sur des événements importants organisés par exemple par la Fondation Gianadda, le Verbier festival ou encore le Zermatt Unplugged.

Je souhaite valoriser la culture valaisanne grâce à la mise en réseau des archives privées par le biais d’une plateforme informatisée. Il s’agira également de veiller à une répartition équitable entre une culture professionnelle et les pratiques d’amateurs.

Sécurité et justice

Mes objectifs dans ces domaines pour la prochaine législature sont les suivants :

Poursuivre les travaux visant au regroupement sous un même toit du 117/118/144/112 dans le respect du secret de fonction de chaque type d’acteurs.

Encadrer l’utilisation de caméras de surveillance par la création d’une base légale cantonale.

La décision de la création d’un Conseil de la magistrature est une étape importante pour garantir l’égalité de traitement de toutes les Valaisannes et Valaisans devant la loi. Les étapes suivantes sont l’élaboration de la Loi d’application pour le Conseil de la magistrature qui devra être juste et démocratique et la nomination de membres indépendants qui composeront ce Conseil.

Fiscalité

Un juste équilibre doit être trouvé entre le financement des tâches que l’Etat doit accomplir et les rentrées fiscales. Le principe de justice fiscale lié à la capacité financière doit absolument être respecté.

 Je souhaite favoriser la fiscalité des entreprises qui engagent des personnes en situation de handicap ou des personnes en difficulté.

Je ne suis pas favorable à la RIEIII. Elle ne profitera qu’à une petite minorité de privilégiés installés dans les grands centres urbains. Elle ne permettra pas d’attirer de nouvelles entreprises en Valais.

Cette réforme aura surtout des répercussions négatives sur les finances fédérales, cantonales et communales.

Il faut en finir avec la concurrence fiscale entre les cantons en harmonisant les règles.

Environnement et aménagement du territoire

Notre paysage constitue notre premier atout touristique. Il s’agit de le préserver. Je souhaite :

Rendre compatible la gestion du territoire cantonal avec la base légale fédérale d’ici au plus tard à 2019. Je suis favorable la Loi d’application de la LAT du Conseil d’Etat adoptée par le Grand Conseil. Des réflexions devront toutefois être menées pour favoriser le maintien des populations dans les vallées latérales.

Réintroduire le bonus écologique pour les véhicules à moteur de notre canton.

Renforcer le soutien en matière d’énergie renouvelable dans le domaine du chauffage domestique.

Education, formation

Les enfants d’aujourd’hui sont la société de demain. Pour garantir un Valais ouvert et juste, je m’engage en faveur d’une école humaniste garantissant l’égalité des chances pour tous.

 Pour ce secteur, je désire :

Offrir des places d’accueil préscolaire en suffisance et à des tarifs modérés, dans le but de favoriser l’égalité des chances.

Calquer davantage le rythme scolaire sur les besoins de l’enfant.

Limiter à 22 le nombre maximum d’élèves par classe des degrés obligatoires.

Renforcer le soutien scolaire aux enseignants du domaine obligatoire par une augmentation des moyens alloués à l’enseignement spécialisé.

Rendre plus attractives les formations liées à la santé et au social (ASSC, ES, HES, etc.). L’objectif est de lutter contre la pénurie de personnel dans ces secteurs.

Mettre en place suffisamment de classes d’accueil de la scolarité post-obligatoire « Caspo » afin de donner une solution à tous les enfants/jeunes n’ayant pas atteint un niveau suffisant en fin de scolarité obligatoire ou récemment arrivés en Suisse.

Energie

Je soutiens la politique énergétique du Conseil fédéral et j’approuve la décision de sortir définitivement du nucléaire d’ici à 2050. Cette décision est favorable à l’énergie renouvelable et donc à l’économie hydroélectrique valaisanne.

Je souhaite que les pouvoirs publics valaisans utilisent au maximum les possibilités offertes par la nouvelle loi sur les forces hydrauliques pour assurer que la production soit en majorité en mains valaisannes.

Le Valais a le potentiel pour devenir LE canton des énergies renouvelables. Nulle part en Suisse le soleil brille autant que chez nous. Et les conditions de vent y sont favorables.

Elaborer une politique « solaire » cantonale par la création d’un cadastre des zone propices à cette énergie et rendre obligatoire la pose de panneaux solaires lors de nouvelles constructions dans ces zones.

Economie et agriculture

Afin de lutter au mieux contre le chômage, je préconise les mesures suivantes :

Dans le cadre du pôle EPFL-Valais, nous devons favoriser l’éclosion de startups permettant ainsi le transfert de technologies pour renforcer l’économie et l’industrie valaisanne.

Anticiper l’« uberisation » de l’économie par le développement de modèles alternatifs équitables (tourisme, taxis, etc.).

Mettre en place un modèle de taxe équitable entre l’hébergement touristique traditionnel, les maisons d’hôte et airbnb afin d’éviter une concurrence déloyale.

Développer une agriculture durable, respectueuse de l’environnement et davantage axée sur des marchés de niche, afin de préparer la mise en vigueur de la nouvelle politique agricole fédérale.

Tourisme

Le tourisme dans notre pays souffre énormément du franc fort. Le changement de climat n’aide pas nos stations de ski qui doivent impérativement diversifier leurs offres entre saison d’été et saison d’hiver. Des méthodes de marketing innovantes doivent être mises en place à l’exemple de Saas-Fee ou de Belalp.

 Il faut notamment :

 Soutenir les projets de rénovation des installations de remontées mécaniques par des aides étatiques ciblées répondant à des critères préétablis dans le cadre d’une politique cantonale cohérente.

Etendre l’offre des camps de vacances pour les élèves/étudiants.

Valoriser le patrimoine viticole valaisan en développant une offre touristique ciblée (route des vins).

Généraliser la gratuité des transports publics de Gletsch au Bouveret pour les touristes séjournant en Valais dans un hôtel ou en appartement de vacances.

Infrastructures/transports

Notre canton mérite des infrastructures modernes. Nous devons également repenser la gestion des déplacements dans le cadre des projets d’agglomération.
L’augmentation du trafic pendulaire doit être anticipée afin d’éviter des engorgements. Dans ces secteurs, je souhaite :

Que l’on termine la construction de l’autoroute dans le Haut-Valais.

Intensifier le lobbying à Berne en vue de la construction complète du deuxième tube du tunnel du Lötschberg.

Lancer une réflexion relative à un partenariat “public/privé” pour la création d’une banque d’investissement en faveur des infrastructures touristiques.

Institutions

Les institutions valaisannes doivent entrer de plain-pied dans le 21ème siècle. Ceci passera par une refonte totale de la Constitution cantonale. Il s’agira de veiller à ce que l’ensemble des Valaisannes et Valaisans qu’ils soient jeunes, âgés, hommes, femmes, riches, pauvres, puissent s’identifier à cette nouvelle Constitution.

 Je me prononce :

  •  Pour une politique volontariste concernant la fusion des communes afin d’arriver à un nombre entre 40 et 60 communes.
  • En faveur de 7 conseiller-ères d’Etat élu(e)s au système proportionnel.
  • Pour une Assemblée constituante.

Je souhaite m’engager pour une décentralisation de l’Administration cantonale.

Axes de la législature 2017 – 2021 (PDF)

Etat : janvier 2017